Vision

À l’origine des valeurs que nous défendons se trouve la conviction que l’être humain est l’entité la mieux placée et la plus capable de décider quels sont ses intérêts et comment les garantir. Ainsi, les constructions sociales qui nous tent de vivre en communauté – à commencer par l’État et son ordre juridique – doivent agir en respectant ce principe fondamental. Chacun doit donc pouvoir exercer pleinement ses libertés individuelles; celles-ci ne s’arrêtant qu’au commencement de ses responsabilités personnelles face aux autres membres de la collectivité.

Liberté d’opinion et d’expression

La liberté individuelle la plus importante est naturellement la liberté d’opinion et d’expression. Ainsi, chacun a droit à former ses propres idées, ses propres avis sans que quiconque ne puisse s’y opposer, car c’est précisément cette capacité qui fait de nous des êtres humains.

Liberté de formation et d’activité

La deuxième liberté fondamentale dont chacun peut se prévaloir, c’est celle de formation et d’activité. Chaque individu doit pouvoir décider par lui-même ce qu’il souhaite apprendre ou étudier. Il n’est pas du ressort de la collectivité d’imposer aux uns ou les autres le choix un domaine en particulier ; son rôle se limite à soutenir et à conseiller.

Liberté d’entreprise

Enfin, la troisième liberté essentielle et celle d’entreprise. Elle garantit à chacun de pouvoir créer et poursuivre un ouvrage ou une organisation, quel qu’en soit le but : économique, culturel, artistique, solidaire, politique, etc. C’est ce droit qui permet le plein exercice des libertés d’opinion, d’expression et d’activité ; c’est cette possibilité qui permet le développement de notre société.

Respect et tolérance

La première responsabilité de chacun est naturellement, face aux libertés auxquelles on peut prétendre, le respect et la tolérance des opinions et choix des autres individus. Ainsi, nul ne peut s’arroger le droit d’imposer aux autres ce qu’il refuserait de se voir imposer.

Devoir de prise en charge

La responsabilité qui découle évidemment du droit de choisir son activité, c’est le devoir de se prendre en charge et de subvenir à ses besoins au mieux de ses capacités. Il ne serait donc pas acceptable que l’on puisse invoquer sa liberté de choix – de formation, de métier, etc. – tout en réclamant durablement d’être entretenu par le reste de la collectivité.

Assumer ses choix

Finalement, la dernière responsabilité fondamentale est celle qui découle de ses propres décisions : tout individu est tenu d’assumer ses choix. Il peut, selon la situation, avoir besoin de l’assistance de la collectivité, mais il n’a pas le droit de lui reprocher les conséquences de ses propres actes.

Enfin, au-delà de ces libertés et responsabilités individuelles, il demeure la responsabilité commune de ceux qui vivent en collectivité d’assurer ensemble le respect des droits et des devoirs de chacun et de soutenir ceux qui n’en ont pas le plein exercice en raison de leur jeunesse – et d’encourager leur développement – ou d’un handicap physique ou mental – et de les accompagner et les aider. Parce que c’est par nos libertés et par notre respect des libertés des autres que nous sommes des êtres humains.